L’art de l’upcycling et du zéro déchet

L’art de l’upcycling et du zéro déchet

 

Faire attention aux hommes et à notre planète n’est plus un « concept de bobos, beatniks peace and love »… ou ce que vous voulez qu’on lit ou on entend à droite à gauche.

Consommer raisonnablement devient un vrai enjeu. Certes on ne peut pas changer le monde en un claquement de doigts et rattraper toutes ces années de surconsommation. Mais chacun peut essayer de faire ce qu’il peut à sa portée.

Avec Maison Mixmelô, j’ai décidé de m’engager socialement, et aussi sur ma chaine de production de réduire les déchets que nous créons. C’est un engagement également dans ma vie quotidienne.

Pour la 3ème collection, les questions se sont rapidement posées lors de la première réunion de production avec mon acolyte Aurélie Ronfaut, DA et fondatrice Greenmoods Le Studio de créations : comment allons-nous orienter cette 3ème collection ? Devons-nous faire de nouvelles recherches de matières ? Que faisons-nous du textile restant et des invendus ? Autant de problématiques, en plus des valeurs qui nous animent, qui nous ont poussé à être plus créatifs, pour trouver des solutions.

Plusieurs d’entre ne le savent peut-être pas, produire de nouveaux modèles coûte cher à une marque, et consomme beaucoup d’énergie et de déchets. Car cela implique de développer de nouveaux patrons et de nouveaux prototypes, des va-et-vient pour les essayages, les validations de coupes et de matières, etc.

Un modèle peut nécessiter plusieurs prototypes avant d’être définitivement validé et passer en production. Chez Maison Mixmelô, nous nous efforçons de nous limiter à deux : un prototype + un échantillon validé.

Réaliser des prototypes, c’est du du textile utilisé et « gâché » puisque non réutilisable, et donc destiné à être jeté. Bien que des techniques numériques font leur apparition pour optimiser ces étapes, cela reste encore difficilement pour une jeune marque.

Par ailleurs, bien qu’ayant fait le pari de produire en petite quantité pour limiter notre stock, il reste encore quelques invendus. Qu’allons-noue en faire ? Les brader ? C’est contraire à nos engagements (même si nos abonnées Ôdacieuses ont profité d’une période den vente privée). Les jeter ? Alors là certainement pas.

Tout cela nous a amené à réfléchir. Avec Aurélie, et aidée de Caroline Gautier, une couturière professionnelle de robe de mariée à Bordeaux, nous avons pris chaque modèle pour voir comment celui-ci peut-être détourné, et modifié.

Aidées des commentaires et retours de nos Ôdacieuses sur le deux précédentes collections, et du sondage réalisé en septembre dernier, nous avons pu recycler certains modèles. Certains ont eu de légères modifications d’autres plus larges.

Ainsi les jupes crayons Bamako sont devenues des mini-jupes Aissa. Quasi aucun changement sur le prototype. D’ailleurs nous n’en avons pas produit sur ce modèle. Et les quelques jupes invendues ont été modifiées autrement.

maison-mixmelo-jupe-wax-bamakao
maison-mixmelo_jupe_aissa_wax8

Ou, encore notre emblématique robe signature Tombouctou devient Yasmine en cette saison, décolletée devant et dans le dos, avec une longueur plus courte aux genoux.

maison-mixmelo-robe-wax-tombouctou-bimatirere
maison-mixmelo-robe-yasmine-wax-fleurs-mariage1

Ainsi 9 nouveaux modèles ont été ainsi réalisés à partir d’anciens modèles modifiés. Nous répondions donc à nos grandes problématiques, tout en tenant compte des remarques évoquées par nos Ôdacieuses lors de différentes rencontres, ou sondage.

Nous avons réutilisé les matières dont nous disposions déjà, en complétant avec d’autres achats pour finaliser la collection.

La collections est complétée avec des accessoires pochettes, trousses, (et bandeaux de têtes qui arriveront plus tard) réalisées à partir des chutes de textile que nous avons récupérées après découpes des modèles des deux précédentes collections.

 

Si vous souhaitez avoir nos actualités plus souvent, n’hésitez pas à vous abonner à la communauté des Ôdacieuses à l’aide du formulaire ci-dessous.

Entrer votre recherche et appuyer sur entrer