Interview Aurélie RONFAUT – DIRECTRICE DE CRÉATION & DESIGNER

Interview Aurélie RONFAUT – DIRECTRICE DE CRÉATION & DESIGNER

Aurélie RONFAUT est la fondatrice du Bureau de Style et de Design Thiluu depuis 2010 et plus récemment de Greenmoods. Selon elle, « Greenmoods est avant tout une plateforme entre le magazine et le blog pour inspirer des modes de vie et de penser éco-friendly. Greenmoods inspire, détecte, décrypte, analyse et partage ses humeurs vertes avec tout ceux et celles qui ont envie de réduire leur empreinte écologique et de faire évoluer leur mode de vie. »

Quand on a une personne avec ces valeurs, qui accompagnent un porteur de projet, cela ne peut aboutir que sur du bon ! Allons donc la découvrir ensemble !

La Petite Voix : Aurélie, il semblerait que vous faites parties des précurseurs qui bousculent le monde de la direction artistique, comment vous décririez-vous ?

Aurélie : Pour une première question ce n’est pas facile…

Je me décris comme une personne (dans la vie pro comme dans la vie perso) très instinctive, créative et sensible. Je ne sais pas si je bouscule le monde de la direction artistique, je fais ce qui me semble être juste, cohérent et profondément humain.

En tant qu’indépendante, j’ai été plusieurs fois face à des difficultés pour faire comprendre le vrai métier de direction artistique / direction de création. C’est non seulement prendre les décisions créatives mais c’est aussi et surtout analyser les tendances, prendre des partis-pris forts et singuliers, analyser et étudier les meilleurs stratégies créatives tout en prenant en compte la marque à 360°.

Les commanditaires (et d’ailleurs mes commanditaires sont aussi mes collaborateurs pour que l’on forme une équipe de travail, c’est très important) s’attachent à ce qui leur est concret et palpable : un produit, un logo, un site internet, un espace.

Cependant, avant d’attaquer ces étapes il est indispensable, à mon sens, de mettre en place une direction artistique, une stratégie. Ma mission consiste donc à observer, analyser, décrypter, étudier, comprendre, scénariser, anticiper, imaginer et enfin créer.

Pour cela, je travaille régulièrement avec des consultants en stratégie de marque (avec Maison Mixmelô, vous l’avez déjà découvert dans un précédent interview, j’ai travaillé avec Amandine Lantelme de Made with curiosity). Nous proposons alors une “bible de marque” qui permet de définir la colonne vertébrale du projet, son ADN. Nous utilisons des techniques appliquées au sein de grand groupe car nous sommes attachées à proposer la même exigence et la même qualité de travail et de réflexion quelque soit la taille du projet et de l’entreprise. Avoir des ailes assez grandes pour s’envoler, cela vaut pour toutes les entreprises.

En tant que profonde et sincère optimiste, j’aime accompagner de nouveaux projets autant que de nouveaux porteurs de projets. L’un sans l’autre ne fonctionne pas. J’aime à dire que je suis une révélatrice de potentiels d’idées et d’êtres humains.

Aurelie Ronfaut - bureau de style Thiluu

Comment avez-vous rencontré Fatimata ?

Tout s’est fait très naturellement. Fatimata m’a appelé pour m’exposer son projet. Je lui ai posé des questions concrètes. Pour une première approche, même sans connaître la personne, je m’attache à comprendre le pourquoi d’un projet et de sentir si le porteur de projet a les épaules pour. En chaque projet, je vois souvent de forts potentiels mais ensuite c’est une autre histoire d’avoir les moyens de le mettre en lumière, de l’assumer et de le faire vivre.

Puis, nous nous sommes rencontrées à Tours. Fatimata de Saumur et moi de Bordeaux, la distance n’a jamais été un problème pour collaborer. Mais la rencontre est essentielle pour un projet d’une telle envergure et primordial pour capter la part humaine et sensible du porteur. “L’habit ne fait pas le moine” mais parler, échanger, écouter, partager permet de mieux positionner un projet et son porteur.

Ce que j’apprécie dans la manière dont je fais mon métier c’est que ce n’est pas une relation client / prestataire “basic” de payeur / prestataire mais plutôt une relation de collaborateurs, une véritable équipe que nous construisons à deux où la confiance est importante.

Nous nous sommes donc rencontrées à mi-chemin, indépendamment d’une proposition de travail concrète et chiffrée, le “feeling” est passé. Encore une fois, ma part d’intuition me conduit toujours vers de beaux projets.

Pourquoi avez-vous accepté de vous engager sur son projet ?

Pour être honnête au départ je ne savais pas trop si j’allais accepté de proposer mes services. C’est assez déroutant non ? Le prestataire qui refuserait de travailler alors qu’on imagine plus souvent le client ayant le dernier mot.

J’étais dubitative car le sujet “mode” est un sujet très complexe à aborder dans un contexte difficile de “fashion mass market”. Beaucoup de marques de mode se créent et sont menées par des  créateurs qui ne font que survivre dans un marché très difficile à appréhender. De plus, on vient régulièrement me voir en ayant en tête de créer une marque de mode sans avoir du tout conscience de ce qui se cache derrière un vêtement : le sourcing tissus, les relations fournisseurs, les développements des fournitures ou des textiles, la recherche des façonniers, la gestion des prototypages, les essayages et les la gestion des minimum de quantité, le contrôle qualité, l’éthique, le prix de revient et de le prix de vente public, les mode(s) de distribution, son marché tout simplement, sa relation avec le consommateur etc.

Le travail est énorme, il faut avoir beaucoup d’ambition, ne pas avoir peur de se prendre des murs et se relever tout en ayant bien les pieds sur terre.

Fatimata m’a fait ressentir qu’elle avait tout ça. Ce qui a fini par me convaincre, c’est son histoire tout simplement, sa vision de la mode et du commerce : transparence, sincérité et ouverture d’esprit.

Quelle est votre mission ?

Ma mission pour Maison Mixmelô est large et fait partie du travail de directeur de création et d’un designer. Dès le départ, nous avons construit l’ADN de la marque, nous avons mis en place une stratégie marketing en adéquation avec une stratégie créative. La bible sortit, tout est à construire en gardant le bon cap.

L’identité visuelle “basique” : logo et charte graphique puis en parallèle le plan de collection : le stylisme des vêtements. A cela s’ajoute au fur et à mesure des supports et des actions variées : accessoires, campagne de crowdfunding, vidéo, shooting photo, carte de remerciement, packaging etc.

Fatimata sait s’entourer des bonnes personnes (community manager, développeur web, photographe…). Ayant la maîtrise de la marque depuis le début, je suis une sorte de gardienne des fondements, celle qui garde les maillons soudés.

Mes expériences me permettent d’avoir un regard à 360°. Ce qui est très intéressant dans un déploiement de marque telle que Maison Mixmelô.

Aurelie Ronfaut - bureau de style Thiluu

Quelle vision portez-vous sur la mode en général ?

Je suis styliste d’origine, on associe le stylisme au vêtement mais c’est une réduction du métier car ma mission en tant que styliste designer est de travailler le “style” : les formes, les couleurs, les matières, le toucher, le visuel, les 5 sens en bref.

L’objectif du designer (très galvaudé) n’est pas de faire seulement du beau (je dis à chacun de mes clients que c’est “facile” de faire du beau, tout bon technicien sait le faire). Par contre faire du beau avec du sens et de la cohérence, savoir expliquer et argumenter les choix que l’on fait, savoir marier et harmoniser les éléments quels qu’ils soient entre eux pour atteindre un objectif, c’est tout autre chose et c’est tout le travail de styliste designer et de directrice artistique qui prend son sens ici.

Pour moi il n’y a pas une mode, il y a des modes et c’est à chacun de trouver son style, celui qui fera que vous vous sentirez bien. Alors bien sûr, on ressent en permanence une mode / une tendance latente adoptée par la majorité d’entre nous. Mais les modes se construisent et se dé-construisent. La mode est pour moi un support d’expression qui se doit d’être singulier.

Et si vous nous décriviez, le fameux mix & match…

Le mix & match, c’est un goût certain pour le mariage d’éléments les uns avec les autres en tentant être surprenant, en essayant d’aller hors des sentiers battus mais toujours avec bon goût. La question n’est pas “j’aime” ou “je n’aime pas” mais bien est-ce réussi objectivement ? Le mix & match c’est un art d’assembler les couleurs, les motifs, les matières, les styles avec justesse, délicatesse et subtilité. C’est l’équilibre du mélange, c’est un véritable jeu. En construisant la collection avec Fatimata, nous nous sommes parfois surprises à faire des compositions inattendues de motifs, et en voyant le résultat on a été agréablement surprises!

Comment voyez-vous l’art de vivre à la française ?

Autre vaste sujet. Je retiendrais le “à la française”. C’est ce petit truc en plus qui rejoint ce que je disais précédemment. Un mix&match à la française sera différent d’un mix&match à l’américaine (petit clin d’oeil). C’est cette justesse et cette subtilité qui est propre à la création française. Ce goût mesuré du beau associé à une élégance globale. Pas seulement esthétique, une élégance à 360° tant dans l’attitude que dans le style, tant dans les mots que dans le caractère.

Aurelie Ronfaut - bureau de style Thiluu

Il paraît que vous avez de nombreux autres projets – toujours dans la mode?

En étant indépendante, je me suis affirmée avec les années pour me spécialisée dans le secteur des Arts de vivre : mode, accessoire, design, déco, maison, gastronomie, cosmétique etc finalement tout ce qui se doit d’être beau et bon (en plus d’avoir du sens bien évidemment vous l’aurez compris).

Toutes les entreprises aujourd’hui ont besoin d’avoir une identité de marque travaillée mais dans le secteur des Arts de vivre, c’est à mon sens encore plus que nécessaire car l’émotion, la sensibilité, le design et le style sont au centre de l’expérience consommateur.

Aujourd’hui, j’accompagne Maison Mixmelô, mais aussi une marque de montre, une marque de papier-peint, un restaurant indépendant et un nouveau concept d’épicerie fine par exemple.

Puis, j’ai lancé il y a quelques semaines un nouveau projet que je construis en parallèle de mes clients depuis plus d’un an qui s’appelle Greenmoods. J’ai créé un deuxième studio de création à destination toujours des entreprises des Arts de vivre mais en affirmant cette fois la volonté de tendre vers plus d’éco-responsabilité, l’envie d’apporter des solutions positives pour notre société. Ce studio est agrémenté d’un magazine grand public que je vous invite à découvrir si le coeur vous en dit : www.greenmoods.com

Entrer votre recherche et appuyer sur entrer